Programme de l'écrit 1 de l'agrégation externe d'EPS pour la session 2019

Première épreuve : Éducation, activités physiques sportives et artistiques, société

L'éducation physique et sportive et son rapport aux types et aux modalités de pratiques en usage dans la société française de 1918 à nos jours.

1 - Politiques éducatives et réformes disciplinaires.
2 - Cultures scientifiques, techniques et formation des enseignants.
3 - Les actrices et acteurs de l’éducation physique, trajectoires et influences : Alice Milliat, Georges Hébert, Marie-Thérèse Eyquem, Georges Magnane, Robert Mérand, Claude Pujade-Renaud.

 

Commentaires

Si mes ouvrages ne se centrent pas spécifiquement sur le programme de l’agrégation externe, ils peuvent contribuer à préparer ce concours ou, tout au moins, à fournir des pistes d’entrée à approfondir, notamment à partir des bibliographies qu’ils comportent.

Quelques mots sur la 1ère épreuve de ce concours.

 

Remarques concernant la présentation générale de l’épreuve

Après un intitulé très général qui indique que l’épreuve d’Ecrit 1 de l’agrégation externe demande de mettre en lien « Education, APSA et Société », la présentation du programme peut sembler plus précise mais elle reste en fait extrêmement générale : « L'éducation physique et sportive et son rapport aux types et aux modalités de pratiques en usage dans la société française de 1918 à nos jours ».

Ainsi, le programme demande d’analyser avec finesse, d’une part, l’évolution des types et des modalités d'activités physiques dans la société, à partir de multiples approches - historiques, sociales, politiques, économiques… - et, d'autre part, d’étudier l’évolution des liens qu’a entretenu l’EP(S) scolaire avec ces pratiques extra-scolaires (le S d’EPS, que je place volontairement entre parenthèses, n’a pas toujours été présent et est justement au cœur du questionnement du programme). S’il est assez aisé de repérer des grandes tendances qui permettent de mettre en évidence des ruptures dans les choix effectués, porter un regard plus précis s’avère beaucoup plus complexe et nécessite de s’appuyer notamment sur l’analyse du positionnement des différent(e)s acteurs/actrices (concepteurs-trices, politiques, inspecteurs-trices, formateurs-trices, enseignant(e)s…) et des textes officiels (logique d’élaboration, compromis trouvés…). Les débats et controverses portant sur ce sujet ont jalonné l’histoire de l’EP(S), et ils ont été marqués par l’évolution des conjonctures sociétales… Bref, le travail s’annonce important.

 

Remarques sur les orientations thématiques

1 - Politiques éducatives et réformes disciplinaires.

Les réformes disciplinaires (autrement dit, les réformes concernant la discipline scolaire EP(S)) ne peuvent être comprises qu’en lien avec les politiques éducatives entreprises. Dans un chapitre de mon livre L'Ecrit 1 du CAPEPS. Guide méthodologique et thématique, j’ai résumé cette thématique qui a fait l’objet de nombreux travaux. Si la bibliographie portant sur les politiques éducatives est très abondante, il ne faut jamais perdre de vue que le plus important est le lien à effectuer entre ces politiques et les réformes propres à l’EP(S). Dans quels contextes de politique scolaire ont été entreprises les réformes en EP(S) ? C’est l’analyse de ce lien qui doit être centrale. Les IO de 1923, les textes des années 1960 ou encore les programmes collège de 1985 ou de 2015 ont été publiés dans un contexte de politique scolaire particulier qu’il faut étudier.

 

2 - Cultures scientifiques, techniques et formation des enseignants.

Au niveau du contexte sociétal qui évolue depuis 1918, la question de la transformation des cultures scientifiques et techniques est centrale pour comprendre l’EP(S) : ses acteurs/actrices s’approprient à leur façon ces cultures, qui comportent leurs propres convergences et divergences, et les utilisent pour concevoir et légitimer leur discours. La formation des enseignants est profondément marquée par ces aspects, qui font l’objet de chapitres spécifiques dans le Guide méthodologique et thématique.

 

3 - Les actrices et acteurs de l’éducation physique, trajectoires et influences : Alice Milliat, Georges Hébert, Marie-Thérèse Eyquem, Georges Magnane, Robert Mérand, Claude Pujade-Renaud.

La notion d’acteurs/actrices de l’EP(S) est très large, je l’ai évoquée plus haut. On peut considérer qu’elle englobe tous ceux qui interviennent, d’une manière ou d’une autre, dans le champ de l’EP(S). Les travaux les concernant sont extrêmement nombreux… on peut même dire que toutes les recherches s’appuient sur les actions, propos, écrits d’acteurs/actrices, certaines se centrant de manière spécifique sur eux(elles). Et la citation du sujet conduit souvent à partir de la réflexion d’un(e) acteur/actrice (ou groupe d’acteurs/actrices). L’analyse de la trajectoire de cet(te) acteur/actrice, et donc du contexte dans lequel il(elle) agit, doit permettre de préciser ses influences sur l’évolution de l’EP(S).

Dans le livre Histoire de l’Education Physique. Genèse d’une discipline scolaire, j’ai synthétisé la trajectoire des acteurs/actrices les plus influents et, dans le chapitre du Guide méthodologique et thématique portant sur les « expérimentations », j’envisage la question de la réception de leur message.